29 mars 2021

Traiter la rosacée


Conseils Beauté

La rosacée, très proche de la couperose, est une maladie dermatologique inflammatoire. Elle est due à des troubles circulatoires et provoque une dilatation visible des vaisseaux du visage. Elle est souvent permanente mais peut se contenir. Nos conseils.

Qui est concerné ?

La couperose concerne principalement les femmes, en particulier celles à la peau fine, claire et sensible et elle est souvent héréditaire. C’est l’archétype même des peaux sensibles ! Elle se déclare entre 30 et 50 ans, parfois plus tôt, et s’installe en priorité sur les ailes du nez et les pommettes. Elle peut ensuite prendre de l’ampleur, s’étendre à l’ensemble du visage, et s’accompagner d’autres problèmes cutanés comme des irritations ou des boutons. On parle d’ailleurs d’acné rosacée, une acné qui apparaît tardivement et qui s’accompagne de plaques, de rougeurs et de boutons. A savoir également : elle a tendance à s’aggraver à la ménopause.

Comment la traiter ?

Déjà en adoptant une hygiène de vie spéciale « belle peau », à savoir : faire du sport pour transpirer, ouvrir les pores de la peau et favoriser la circulation sanguine ; privilégier une alimentation saine (fruits, légumes, poissons gras, suffisamment d’eau) et éviter les produits laitiers, le pain et le sucre ; éviter le tabac et les ambiances polluées ; limiter l’apport de produits chimiques sur la peau. Certains aliments ont tendance à aggraver le phénomène car excitants : le café, le thé, les épices, les boissons très chaudes et l’alcool. Il existe de nombreux soins anti-rougeurs. Adaptés aux peaux sensibles et/ou inflammées, ils peuvent agir en prévention et aider à atténuer les effets de la couperose. Mais comme souvent, mieux vaut prévenir que guérir ! C’est pourquoi il est aussi conseillé d’appliquer une protection solaire dès l’apparition des premiers rayons de soleil, d’éviter les gommages agressifs et d’une manière générale, de traiter sa peau avec le maximum de douceur ! Si votre eau est calcaire, préférez une brume thermale ou un hydrolat pour les soins quotidiens.

Pour les adeptes du naturel

Parmi les remèdes naturels, notons l’huile essentielle de citron, anticouperose et réputée pour renforcer les vaisseaux sanguins et favoriser la circulation. Celle de cyprès de Provence (ou cyprès toujours vert) également. Attention, les huiles essentielles, et en particulier celles-ci, sont à utiliser avec précaution et nécessitent les conseils d’un professionnel. Côté huiles végétales, on trouve l’huile de calendula et l’huile de calophylle. L’huile de calendula s’utilise avec précaution, coupée à une autre ou sur de petites surfaces, sur les peaux irritées ou enflammées. Quant à l’huile de calophylle, elle est parfaite pour favoriser la circulation et fluidifier le sang et forme un très bon duo avec l’huile essentielle de cyprès de Provence !

SÉLECTION

Partager cet article :